CONF Nov 29, 2022

Émergence. Du lieu à l’espace des images (Paris, 8-10 Dec 22)

Hôtel Lully, 45, rue des Petits Champs, 75001 Paris, Dec 8–10, 2022

Julia Kloss-Weber, Universität Hamburg

Émergence. Du lieu à l’espace des images dans l’art français du XVIIe au XIXe siècle.

La question de l’émergence des formes de l’expression picturale peut être appréhendée comme celle du lieu ou, peut-être mieux encore, comme celle de l’espace des images. L’approche classique de l’esthétique de la réception part déjà du principe que les images sont constitutivement adaptées à un sujet qui les regarde et que cette relation à un spectateur se reflète de manière déterminante dans les structures internes des images, voire qu’elle se trouve conceptuellement à leur base. Cette position n’est compréhensible que dans la prise en compte des configurations spatiales internes à l’image et dans leur rapport à l’espace d’exposition, c’est-à-dire dans l’imbrication entre espace de l’image et espace du spectateur.

Dans sa théorie esthétique des atmosphères, Gernot Böhme a cerné cette relation fondamentale entre l’objet matériel et le spectateur, en attirant notre attention sur l’ajustement mutuel de ces deux composantes (Böhme 2001, p. 54). De récentes publications ont continué à thématiser cette relation en tant qu’espace intermédiaire de l’esthétique (Breitenwischer 2018). En somme, dans le prolongement des débats sur les actes d’image, on pourrait parler d’une réalisation de l’image dans un entre-deux esthétique produit par la dialectique entre l’oeuvre et le spectateur.

Bien avant que ces aspects ne fassent l’objet de réflexions théoriques, les artistes ont négocié dans les tableaux mêmes la capacité des images à se dépasser (Außer-Sich-Sein) et à atteindre un entre-deux esthétique, faisant de ces critères une composante importante, et parfois même le sujet, de leurs représentations. La question se pose donc de savoir comment cet entre-deux esthétique se reflète dans les oeuvres d’art, dans quelle mesure il se ressent dans leurs structures spatio-temporelles, et comment les différents espaces de l’image se comportent et interagissent.

La question des modes d’émergence conduit inévitablement à interroger l’imbrication des images avec leurs espaces de référence (au sens strict) et avec leurs contextes esthétiques, culturels, sociaux, ou encore politiques élargis. Les lieux religieux, les galeries et collections privées, les ateliers, les salons ou les expositions temporaires, d’une part, et le comportement du spectateur, d’autre part, conditionnent différemment les interdépendances discutées ici. Ainsi, le fait d’être lié à un environnement spécifique implique une modélisation mutuelle de l’image, de l’architecture et de l’intérieur, qui peut conduire à une dissolution des frontières médiatiques. Les images font souvent partie d’arrangements d’objets multiples qui se déploient dans une interaction intermédiale, ou sont liées par essence à des pratiques (par exemple liturgiques) supposant une activation de l’objet dans un acte de performance. Ces points de référence ne restent pas extérieurs aux images, mais les façonnent si fondamentalement que l’espace même de l’image se déplace de manière significative. La particularité des images qui se réalisent dans un tel entre-deux est effectivement de souvent inclure ces dimensions sensorielles dans leurs composantes matérielles ou iconographiques.

Si des recherches récentes se sont penchées sur l’aspect de l’immersion, tel qu’il est tangible dans la littérature artistique du XVIIIe siècle (voir entre autres Weisenseel 2017), la question de l’émergence des images n’a en revanche guère été examinée et théorisée – Emmanuel Alloa a récemment fait une première avancée dans cette direction avec ses réflexions philosophiques sur les « images émergentes » (Alloa 2021). Dans ce contexte, il faudrait également se demander si et dans quelle mesure les phénomènes appréhendés par les notions d’« immersion » et d’« émergence » ne doivent pas être considérés comme fondamentalement complémentaires. En outre, il est possible de s’inspirer des études sur le trompe-l’oeil (pour les premières tentatives dans ce domaine, voir Fürst 2017), même s’il ne s’agit ici pas principalement de traiter des effets d’illusion optique, mais plutôt des formes de spatialité de l’image qui doivent être situées dans les contextes plus larges de la théorie de l’image, de l’histoire de l’image et de l’esthétique de la réception.

8. DEZEMBER 2022
15:00 Ouverture: Peter Geimer, directeur du DFK Paris
15:10 Introduction: Markus A. Castor, Julia Kloss-Weber, Valérie Kobi

ÉMERGENCE, UN AJUSTEMENT METHODOLOGIQUE ET HISTORIQUE
15: 30 Emmanuel Alloa (Fribourg): Images émergeantes – une intentionnalité inversée
16:15 Dustin Breitenwischer (Hambourg): Dazwischen. Zur Räumlichkeit ästhetischer Erfahrung

17h00 Pause café

17:30 Jacek Jaźwierski (Lublin): Imaginative Space. Franciscus Junius on Response to Pictures

Conférence du soir
19:00 Felix Thürlemann (Constance): Haben die Bilder die Mittel und die Macht die Rezeptionshaltung zu modulieren? Überlegungen vor zwei Gemälden von Cornelis van Dalem

9. DEZEMBER 2022

L'ŒUVRE, LE LIEU ET L'ESPACE
09: 30 Martin Schieder (Leipzig): "Ce n’est qu’une Architecture feinte". Virtual reality in Pariser Kirchen des 18. Jahrhunderts
10:15 Marie Isabell Wetcholowsky (Marbourg): Amour, désir et sensualité : Rencontres émergentes dans le cabinet Berger de François Lemoyne
11:00 Marlen Schneider (Grenoble): Que la fête continue ! Les imbrications image-espace dans la culture de cour au XVIIIe siècle

11:45 Pause déjeuner

13:00 Franca Buss (Hambourg): Die Blicke der Toten. Postmortale Emergenz im Bestattungsvorhaben von Pierre Marin Giraud (1799-1801)
13:45 Jan Blanc (Genève): Sir Joshua Reynolds, spectateur de la Galerie électorale de Düsseldorf
14:30 J. Cabelle Ahn (Harvard, Cambridge Mass.): Mirror Image: The 1797 Drawing Exhibition at the Galerie d’Apollon

15:15 Pause café

LA PAROLE, LE THÉÂTRE ET LA DIMENSION POÉTIQUE
15:45 Kirsten Dickhaut und Alisa Winkens (Stuttgart): Zur Emergenz als Denkfigur in Bezug auf Molières « Psyché »
16:30 Gaëtane Maës (Lille): Talent théâtral et talent pictural : une question de lieu ou de médium ?
17:15 Jessie Elizabeth Alperin (Chicago): Effective Form: Emile Gallé’s Drawings as Intimate, Imaginative, and Poetic Environments

10. DEZEMBER 2022

L’INTÉRIEUR DE L’IMAGE VU DE L’EXTÉRIEUR
09:30 Johannes Grave (Jena): Emergenz des Bildes als Bild: Philippe de Champaigne
10:15 Étienne Jollet (Paris): La question ne se pose pas ; ou se pose. Neutralisation et motivation dans les arts visuels, l’exemple de Watteau

11:00 Pause café

11:30 Jana Glorius-Rüedi (Berlin): Distanz und Unmittelbarkeit. Charles Amédée Philippe Van Loos Bildnisse der 1760er Jahre
12:15 Julia Kloss-Weber (Hambourg): Formen der Grenzperformanz im ästhetischen Dazwischen bei Chardin und Fragonard

13:00 Pause déjeuner

L'HISTOIRE, L'AU-DELA ET LE VIDE – ELARGISSEMENT DE L'ESPACE ET MATERIALITE DE L'ŒUVRE
14:30 Domenico Pino (Londres): Neapolitan Prints and the Emergence of Herculaneum in Eighteenth-century Europe
15:15 Gesa Wieczorek (Hambourg): Gefangen in der Weite. Klaustrophobie im Angesicht von Horace Vernets „Prise de la Smalah d’Abd-el-Kader“

16:00 Conclusion

CONCEPTION:
Julia Kloss-Weber (Université Hamburg), Valérie Kobi (Université de Neuchâtel) &
Markus A. Castor (DFK Paris)

Deutsches Forum für Kunstgeschichte (DFK) / Centre allemand d’histoire de l‘art
Hôtel Lully
45, rue des Petits Champs
75001 Paris

Pour participer au colloque en ligne veuillez vous
inscrire via l’adresse mail : reservationsdfk-paris.org

Digitale Teilnahme via Zoom:
Bitte melden Sie sich unter folgender E-Mail-Adresse an, dann bekommen Sie rechtzeitig den Zoom-Link zugeschickt: reservationsdfk-paris.org

Reference:
CONF: Émergence. Du lieu à l’espace des images (Paris, 8-10 Dec 22). In: ArtHist.net, Nov 29, 2022 (accessed Jan 29, 2023), <https://arthist.net/archive/38044>.

^