CFP May 7, 2022

ESPACE art actuel, no. 13: Neurodiversity/Neurodiversité

Montréal (Canada)
Deadline: Jun 6, 2022

André-Louis Paré

[French version below].

First developed by the psychologist and sociologist Judy Singer in the 1990s, the concept of neurodiversity refers to the plurality of human cognitive profiles. For a long time, this term was associated with autism and the autism rights movement, but it has since been expanded to include other neurodivergencies such as ADHD, learning disabilities (dyslexia, dyscalculia, dyspraxia, dysphasia, etc.), giftedness, hypersensitivity, synaesthesia, intellectual disability, etc. Today, neurodiversity has become a paradigm and refers to a specific and dynamic approach, which functions for all human beings, both neurodivergent and neurotypical.
In fact, in the same way that biodiversity is the mark of a healthy ecosystem, neurodiversity, like any other diversity, is a “source of creative potential for the development of humanity.” More specifically, proponents of the neurodiversity paradigm are tired of defining neurodivergence on the basis of neurotypical standards and therefore advise against using terms such as illness, disorder, deficiency, medical disability, or abnormal imbalances, when one should instead speak of natural divergent functions. In the same vein, Juliette Sperenza stated that “just as biodiversity is essential to the balance of our planet, so is neurodiversity essential to humanity.”
In this thematic issue of ESPACE, we invite authors to broaden the dynamic dimensions of neurodiversity for humanity, in particular in regards to the notion of places and artistic productions that are conducive to a creative encounter of various cognitive profiles. Consider, for example, Project Art Works, a British collective of artists and activists working to increase our understanding of neurodiversity in culture. Nominated for the prestigious Turner Prize 2021, this collective brings together neurodivergent artists, their caregivers, such as parents or siblings, health and social service workers, and members of a cultural organization, both from management and work teams. In this “ecosystem of interdependence,” how does this type of initiative advance the contemporary art world ? Conversely, with such a reputation and an increasingly important place in the field of visual arts, does this point to upheavals or tensions in the criteria of professional artistic practices ? How could this meeting of milieus become a source of creative potential to make our society more integrated, accomplished, deeper and whole, according to the words of neurodiversity's advocates?2
In the art therapy milieu, we also feel this creative tension generated by the integration of its artistic and therapeutic poles. On the one hand, one of the founding principles is to trust the process. However, this disciplinary culture sometimes diminishes the aesthetic value of the finished product at the expense of the therapeutic value of the artistic process in a non-judgmental setting. This non-judgement is indeed essential to deconstruct the idea that one must know how to make art to benefit from the approach and to favour the free emergence of the creative potential among people. On the other hand, can this non-judgement become an impediment to the artistic and creative value of the person in his or her social, or even globalized context ? In other words, when is the artistic judgment of the person who creates effective for his or her well-being as well as that of society ?
Along the same lines, the Quebec-based organization Les Impatients uses artistic activities to help people facing mental health issues. The workshops are given by art therapists or professional artists, and the participants are invited, if they wish, to take part in the exhibition or public arts projects. In this practice context, the participants are primarily welcomed on the basis of their desire to create, regardless of their mental health diagnostic or an associated neuroatypical condition. The human and kind-hearted setting put in place by the artist or art therapist emphasizes both the establishment of a long-term relationship of trust and the aesthetic quality of the studio, located in well lit spaces and offering quality materials, as well as an exhibition site for the artworks. Moreover, the exhibitions sometimes juxtapose works by contemporary artists with works created by the workshop participants. This attention, both to the aesthetics and to the non-judgement, de facto dismantles the categories: is it art ? is it therapy ? is it normal ? Perhaps it is this very dismantlement, this human encounter, around art, that is in fact beneficial for society by way of an attentiveness to the voices and creative work of often marginalized people ?
In parallel, the US-based organization Creative Growth demonstrates that the contemporary art field can benefit from being more inclusive by including artists who, until very recently, were viewed as marginal figures of the art world. This not-for-profit centre provides a professional studio environment and a gallery representation for artists with developmental disabilities. In addition to these various realities there are the emerging or established artists who now openly affirm their cognitive specificity in view of more freely living their respective identities, all the while breaking the persistent taboos around neurodiversity.

We therefore invite authors, whether neurodivergent or neurotypical, to contribute to this issue by proposing texts on neurodiversity, more specifically in relation to space. The notion of space can refer to accessibility, to the studio, to gallery representation, which enables creative encounters in a context of neurodiversity. Space can also be reflected in the chosen medium, such as sculpture, installation, video, etc., or refer back to inner, intrapsychic or imaginary space, or more extensively to an external context, in nature, or the city, which is still linked to the creative potential that neurodiversity offers. Finally, any other notion of space could also be a focus, such as sound, interactive, bodily spaces or in reference to affect. This call is thus multidisciplinary, at the intersection of various arts and therapeutic disciplinary practices, including health and social services and other pertinent disciplines (human and social sciences, biology, political science etc.).

If you wish to contribute to this thematic issue, we invite you, as a first step, to email the editor of the magazine (dmorelliespaceartactuel.com) before June 6, 2022, in order to make a brief proposal pitch (250 words). We will inform you promptly if your proposal is selected. Your completed text should not exceed 2000 words, footnotes excluded, and will be submitted to us by September 5, 2022. The honorarium is $65 per page (250 words).

---

Développé par la psychologue et sociologue Judy Singer dans les années 1990, le concept de neurodiversité renvoie à la pluralité des profils cognitifs humains. Ce terme a longtemps été associé à l’autisme et au mouvement de revendication pour les droits des personnes autistes, puis il s’est élargi à d’autres divergences cognitives telles que le TDAH, les troubles d’apprentissages (dyslexie, dyscalculie, dyspraxie, dysphasie, etc.), la douance, l’hypersensibilité, la synesthésie, la déficience intellectuelle, etc. Devenue un paradigme, la neurodiversité réfère aujourd’hui à une approche spécifique et dynamique, qui agit pour l’ensemble des êtres humains, neurodivergents et neurotypiques.
En effet, de la même manière dont la biodiversité est la marque d’un écosystème sain, la neurodiversité, comme toute autre diversité, est une « source de potentiel créatif favorable au développement de l’humanité ». Plus spécifiquement, les tenants du paradigme de la neurodiversité expriment une lassitude de définir la neurodivergence à partir de repères neurotypiques, en décourageant l’utilisation de termes tels que des maladies, des troubles, des lacunes, des handicaps médicaux ou des déséquilibres anormaux, alors qu’il s’agit plutôt de fonctionnements divergents naturels. De la même manière, Juliette Sperenza a affirmé que « comme la biodiversité est essentielle à l’équilibre de notre planète, la neurodiversité est essentielle à l’humanité ».
Dans ce dossier de la revue ESPACE, nous invitons les auteur.rice.s à approfondir l’aspect dynamique de la neurodiversité pour l’humanité, en particulier sur la notion des lieux et des productions artistiques qui favorisent la rencontre créative des différents profils cognitifs. Pensons par exemple au Project Art Works, un collectif britannique d’artistes et d’activistes qui œuvrent pour une meilleure compréhension de la neurodiversité dans la culture. Nommé pour le prestigieux Prix Turner 2021, ce collectif réunit des artistes neurodivergents, leurs proches aidants, comme leurs parents ou frère et sœurs, des intervenants du milieu de la santé et des services sociaux, ainsi que les membres d’une organisation culturelle, tant de la direction que des équipes de travail. Dans cet « écosystème d’interdépendance », comment ce type d’initiative fait-il avancer le monde de l’art contemporain ? Inversement, avec une telle renommée et une place de plus en plus importante dans le champ des arts visuels, y a-t-il lieu de parler de bouleversements ou de tensions dans les repères des pratiques artistiques professionnelles ? Comment cette rencontre des milieux pourrait-elle devenir une source de potentiel créateur pour rendre notre société plus intégrée, accomplie, profonde et entière, dans les mots des partisans de la neurodiversité ?
Nous ressentons également cette tension, créatrice, dans le milieu de l’art-thérapie, à travers l’intégration de ses pôles artistique et thérapeutique. D’une part, l’un des principes fondateurs est de faire confiance au processus. Or, cette culture disciplinaire en vient parfois à déprécier la valeur esthétique du produit fini aux dépends de la valeur thérapeutique du processus artistique dans un cadre de non-jugement. Ce non-jugement est effectivement primordial pour déconstruire l’idée qu’il faut savoir faire de l’art pour bénéficier de l’approche et pour favoriser la libre émergence du potentiel créateur chez les gens. D’autre part, est-ce que ce non-jugement peut devenir un frein à la valeur artistique et créative de la personne dans son contexte social, voire globalisé ? En d’autres termes, quand est-ce que le jugement artistique de la personne qui créée est-il efficace pour son bien-être et celui de la société?
Dans la même lignée, l’organisme Les Impatients, au Québec, vient en aide à des personnes aux prises avec des problèmes de santé mentale par le biais d’activités artistiques. Les ateliers sont tenus par des art-thérapeutes ou des artistes professionnels, et les participants sont invités, s’ils le désirent, à prendre part à des expositions ou à des projets artistiques publics. Dans ce cadre de pratique, les participants sont avant tout accueillis pour leur envie de créer, peu importe leur diagnostic de santé mentale ou d’une condition neuroatypique associée. Le cadre humain et bienveillant, mis en place par les responsables des ateliers met à la fois l’accent sur l’établissement d’une relation de confiance à long terme et sur la qualité esthétique de l’espace de l’atelier, dans des lieux lumineux et offrant du matériel de qualité, ainsi que dans l’espace d’exposition des créations. De plus, les expositions juxtaposent parfois des œuvres d’artistes contemporains et des œuvres créées par les participants des ateliers. Cette attention, à la fois pour l’esthétique et pour le non-jugement, démantèle de facto les catégories : est-ce de l’art ? est-ce de la thérapie ? est-ce normal ? Et si c’était ce démantèlement, cette rencontre humaine, autour de l’art, qui était actuellement bénéfique pour la société en écoutant la voix et les créations de personnes souvent marginalisées ?
L’organisme Creative Growth, aux États-Unis, démontre parallèlement que le champ de l’art contemporain gagne à être plus inclusif en intégrant des artistes qui, jusqu’à tout récemment, étaient perçus comme des figures marginales du monde de l’art. Ce centre à but non lucratif fournit un environnement de studio professionnel et une représentation en galerie à des artistes en situation de handicaps développementaux. À ces différentes réalités, s’ajoutent des artistes émergents ou établis qui, aujourd’hui, affichent ouvertement leur spécificité cognitive de façon à se sentir plus libres dans leurs identités respectives, tout en brisant les tabous qui persistent autour de la neurodiversité.

Nous invitons donc les auteur.rice.s, qu’ils soient neurodivergents ou neurotypiques, à prendre part à ce numéro en proposant des textes sur la neurodiversité, plus spécifiquement en relation à l’espace. La notion d’espace peut renvoyer à l’accessibilité, au studio, à la représentation en galerie, qui permet des rencontres créatives dans un contexte de neurodiversité. L’espace peut aussi se refléter dans le médium utilisé, tel que la sculpture, l’installation, la vidéo, etc., ou renvoyer à l’espace intérieur, intrapsychique ou imaginaire, ou encore à un contexte extérieur, dans la nature, ou dans la ville, toujours liée au potentiel créatif apporté par la neurodiversité. Enfin, tout autre notion de l’espace peut être intégrée, comme l’espace sonore, interactif, corporel ou de l’ordre de l’affect. Cet appel est donc multidisciplinaire, à la croisée de différentes pratiques disciplinaires artistiques et thérapeutiques, incluant les milieux de la santé et des services sociaux et d’autres disciplines pertinentes (sciences humaines et sociales, biologiques, politiques, etc).

Si vous souhaitez participer à ce dossier, nous vous invitons, dans un premier temps, à contacter avant le 6 juin 2022 la direction de la revue par courriel (dmorelliespaceartactuel.com) afin de présenter sommairement votre proposition (entre 150 et 250 mots). Très rapidement, nous vous informerons si votre proposition est retenue. Votre texte, version complète, ne devrait pas dépasser les 2000 mots, notes exclues, et nous sera remis avant le 5 septembre 2022. Le cachet est de 65 $ par feuillet de 250 mots.

Reference:
CFP: ESPACE art actuel, no. 13: Neurodiversity/Neurodiversité. In: ArtHist.net, May 7, 2022 (accessed Jul 1, 2022), <https://arthist.net/archive/36628>.

^