CFP Sep 17, 2021

Esse 105: New New Age / Nouveau nouvelle age

Deadline: Jan 10, 2022

Sylvette Babin, Les éditions esse

[French version below]

NEW NEW AGE

Like mischievous ghosts or intractable supernatural forces, occult beliefs—witchcraft, fortune-telling, astrology, magic, alchemy—have constantly resurfaced from time to time to haunt the history of humanity. Figuring, in turn, as the enemy of Christianity, a stumbling block for Kantian logic, or a clear threat to the patriarchy (witches being powerful “evil” figures largely appropriated by feminists), this sporadic infatuation with the mystical and its countless varieties seems to be a tangible symptom of gnawing fatigue with the established order and hegemonic thought systems. Again today, a renewed interest in mysticism and the parallel forms of agency and power that it suggests reflect a general political inertia. From “homemade” hormonal concoctions to anti-speciesist animist practices, the many strategies offered by this “new New Age,” as we might be tempted to label it in homage to the Western countercultural movement of the 1970s, responds to the pressing need to move beyond the neoliberalism that is killing, inch by inch, our planet and the relationalities that play out in it. But more than a simple esoteric response, the existence of occult—or theoretically inexplicable—forces now seems to be endorsed by science itself, as borne out by the recent discovery of quantum mechanics and almost “magical” states of matter, throwing the door wide open to quantum mysticism! If the occult is both attractive and frightening, it is because it cannot be subjugated, because it constantly evades common sense.
Women, Indigenous peoples, racialized communities, persons with disabilities, and sexual minorities have always been persecuted for their supposed “spontaneous” mystical devotion, in a world that nevertheless constantly appropriates their spiritual practices and material culture. Thanks to their knowledge, or to their otherwise sensitive interpretations of the world, they can apprehend—and not master—alternative forms of living together that evade capture by welfare and “personal growth” capitalism. Mobilizing fertile and innovative exchanges between ancestral knowledge and technologies, between nature and culture, between living and non-living, these “heretics” enable us today to respond appropriately—or at least to respond in other ways—to social, climatic, or economic crises by trading rigidity and the general status quo for a reparative and benevolent holistic approach capable of re-enchanting the world.
Artists are far from impervious to this bewitching appeal, and they also propose alternative ways (discursive, formal, political, technical) to come into contact with reality (or realities), conjuring invisible and evanescent forces with which to grab onto and understand experiences that are otherwise quite tangible. The disciplinary hybridity of this new New Age, which encompasses philosophy, psychology, science, ecology, religion, and the arts, brings to the surface an ardent desire for connection with—love for and from—the world and the many entities (bacteria, spores, hormones, water, stars, materials) that inhabit and exemplify it.
A fundamental figure in these interdisciplinary meldings and a consummate iconoclastic icon for many of today’s artists, the witch is also an essential source of inspiration. Healer, shaman, alchemist, herbalist, magician, and sibyl, the witch calls for decolonialization of knowledge and spirituality, the shattering of patriarchy and capitalism, a close affinity with nature and the cosmos, and the blending of arts and crafts, of politics and magic. Far from being the only avatar for the new New Age, the witch is accompanied by a multitude of real and imaginary entities, queer methodologies, anti-speciesist positions, and hybrid forms of creation that are always expanding the frontiers of art. In light of the perspectives opened by the new New Age, this thematic section explores how multifarious approaches to the occult and spirituality 2.0 intersect with contemporary art practices.
ABRACADABRA!

Send your text in US letter format (doc, docx, or rtf) to redactionesse.ca before January 10, 2022. Please include a short biography (45 words), an abstract of the text (100 words), and postal and email addresses.
We also welcome submissions (reviews, essays, analyses of contemporary art issues) not related to a particular theme. An acknowledgment of receipt will be sent within 7 days of the deadline. If you have not been notified, please contact us to ensure your text has been received.

EDITORIAL POLICY
1. Published by Les éditions Esse, Esse arts + opinions is a bilingual magazine focused mainly on contemporary art and multidisciplinary practices. Specializing in essays on issues in art today, the magazine publishes critical analyses that address art in relation to its context. Each issue contains a thematic section, portfolios of artworks, articles critiquing the international culture scene, and reviews of exhibitions, events, and publications. The esse.ca platform also offers articles on contemporary art and an archive of previous issues of Esse.
2. Submissions are accepted three times a year: January 10, April 1 and September 1. The texts can be submitted for one of the following 3 sections:
Feature: essays between 1,500 and 2,000 words. The guideline regarding the theme is available online 4 to 6 months prior to the deadline: http://esse.ca/en/callforpapers
Articles: essays, articles or interviews between 1,250 and 2,000 words (including notes).
Reviews: reviews of exhibitions, events or publications (maximum 500 words, without footnotes, or 950 words, with one or two footnotes maximum). You can find guidelines for reviews here: https://esse.ca/en/publishing-guidelines
3. With the exception of the expressed consent of Les éditions Esse, the writer agrees to submit a previously unpublished, original text.
4. All articles are reviewed by the Editorial Board, which reserves the right to accept or refuse a submitted article. Selection criteria are based on the quality of the analyze and writing, the relevance of the text in the issue (in regards to the theme) and on the relevance of the chosen artworks and artists. Selection of articles may take up to 6 weeks after submission by the writer. The Board’s decision is final. A refused text will not be re-evaluated.
5. With the exception of the expressed consent of the Board, the Board does not consider articles that may represent a potential conflict of interest between the writer and the content of the article (i.e., a text written by the curator of an exhibition).
6. The writers whose pieces are selected commit to format their text according to the typographic standards of Esse, following the guidelines sent to them with the publishing contract.
7. With the respect to the vision and style of the writer, the Board reserves the right to ask for corrections and modifications to be made to ensure overall clarity, and coherence of an article.
8. Conditionally accepted articles will be up for discussion between the writer and the Board.
If changes are requested by the Board, the writer will have 15 (fifteen) days to carry these out.
9. All costs of typographical correction of the author's text shall be borne by Les éditions Esse except the author's corrections, if applicable, which shall be borne by the author.

--

NOUVEAU NOUVEL ÂGE

Tel un spectre malicieux ou une force surnaturelle indocile, la résurgence ponctuelle des croyances occultes – sorcellerie, divination, astrologie, magie, alchimie – hante depuis toujours l’histoire de l’humanité. Tour à tour ennemi du Christianisme, pierre d’achoppement de la logique kantienne ou carrément menace du patriarcat (la sorcière étant une figure « maléfique » puissante largement revendiquée par les féministes), cet engouement sporadique pour le mystique et ses innombrables déclinaisons semble être le symptôme tangible d’une lassitude sourde face à l’ordre établi et aux systèmes de pensée hégémoniques. Aujourd’hui encore, l’intérêt renouvelé pour le mysticisme et les modalités d’agentivité et de pouvoir parallèles qu’il suggère se fait l’écho de l’inertie politique générale. Des concoctions hormonales « faites maison » aux pratiques animistes antispécistes, les multiples stratégies offertes par ce nouveau nouvel âge, comme nous serions tenté·e·s de le nommer à la suite du mouvement contre-culturel occidental des années 1970, répondent au besoin pressant d’agir hors d’un néolibéralisme qui tue, petit à petit, notre planète et les relationalités qui s’y jouent. Mais bien plus qu’une simple riposte ésotérique, l’existence de forces occultes – ou de forces théoriquement inexplicables – semble désormais entérinée par la science elle-même, à preuve les récentes découvertes de la mécanique quantique et des états presque « magiques » de la matière, ouvrant toute grande la porte au mysticisme quantique ! Si l’occulte séduit et fait peur tout à la fois, c’est qu’il ne peut être assujetti, qu’il n’a de cesse de se dérober au sens commun. 
Les femmes, les autochtones, les communautés racisées, les personnes en situation de handicap et les minorités sexuelles ont de tout temps fait les frais de persécutions liées à leur soi-disant dévotion mystique toute naturelle, dans un monde qui pourtant s’approprie constamment leurs pratiques spirituelles et leur culture matérielle. Grâce à leurs savoirs, à leurs corps ou à leurs interprétations autrement sensibles du monde, ils peuvent appréhender – et non pas maîtriser – des formes alternatives de vivre-ensemble par-delà leur récupération par un capitalisme du bien être et de la croissance personnelle. Mobilisant des échanges féconds et novateurs entre savoirs ancestraux et technologies, entre nature et culture, entre vivant et non-vivant, ces « hérétiques » sont celleux qui nous permettent aujourd’hui de répondre adéquatement – ou du moins autrement – aux crises sociales, climatiques ou économiques, troquant la rigidité et le statu quo général pour une approche holistique réparatrice et bienveillante capable de réenchanter le monde.
Les artistes sont loin d’être insensibles à cet appel envoutant, proposant à leur tour des alternatives (discursives, formelles, politiques, techniques) pour entrer en contact avec la réalité – les réalités –, conjurant des forces invisibles et évanescentes pour saisir et comprendre des expériences autrement bien tangibles. L’hybridisme disciplinaire de ce nouveau nouvel âge, au croisement de la philosophie, de la psychologie, des sciences, de l’écologie, de la religion et des arts, rend compte d’un ardent désir de connexion – d’amour – avec le monde et les multiples entités (bactéries, spores, hormones, eaux, astres, matières) qui l’habitent et le caractérisent.
Figure incontournable de ces croisements disciplinaires et icône iconoclaste par excellence pour nombre d’artistes actuel·le·s, la sorcière est d’ailleurs une source incontournable d’inspiration. Guérisseuse, chamane, alchimiste, herboriste, magicienne et sybille, la sorcière appelle à une décolonisation des savoirs et de la spiritualité, à l’effritement du patriarcat et du capitalisme, à une affinité intime avec la nature et le cosmos, au métissage des arts et de l’artisanat, du politique et du magique. Loin d’être la seule à caractériser ce nouveau nouvel âge, la sorcière s’accompagne d’une multiplicité d’entités réelles et imaginaires, de méthodologies queers, de posture antispécistes et de formes de création hybrides repoussant toujours davantage les frontières de l’art. À la lumière des perspectives ouvertes par ce nouveau nouvel âge, ce dossier cherche à explorer les croisements entre ces approches multiformes de l’occulte et de la spiritualité 2.0 et les pratiques artistiques actuelles.
ABRACADABRA !

Les textes proposés (de 1 000 à 2 000 mots maximum, notes incluses) peuvent être envoyés en format lettre US (docx ou rtf) à redactionesse.ca avant le 10 janvier 2022. Veuillez inclure, à même le texte, une courte notice biographique (45 mots), un résumé du texte (100 mots), ainsi que votre adresse courriel et postale.
Les propositions non afférentes aux dossiers (critiques, essais et analyses sur différents sujets en art actuel) sont aussi les bienvenues. Un accusé de réception sera envoyé dans les 7 jours suivant la date de tombée. Si vous ne l’avez pas reçu, nous vous invitons à communiquer avec nous pour vérifier la réception de votre texte.

POLITIQUE ÉDITORIALE
1. Esse arts + opinions, publiée par Les éditions Esse, est une revue bilingue qui s’intéresse principalement à l’art contemporain et aux pratiques multidisciplinaires. La revue privilégie les essais sur l’art contemporain récent et les analyses critiques à travers des textes qui abordent l’art en relation avec le contexte dans lequel il s’inscrit. Chaque numéro propose un dossier thématique, un portfolio d’œuvres, une section d’articles critiques traitant de la scène culturelle internationale, une section de comptes rendus d’expositions, d’évènements et de publications. La plateforme esse.ca propose également des articles sur l’actualité artistique, de même que des archives d’anciens numéros de Esse.
2. Les auteur·e·s sont invité·e·s à proposer des textes les 10 janvier, 1er avril et 1er septembre de chaque année. Les textes peuvent être soumis pour l’une des 3 sections suivantes :
La section Dossier thématique : des essais de 1 500 à 2 000 mots (notes incluses). L’orientation thématique est disponible en ligne 4 à 6 mois avant la date tombée : http://esse.ca/fr/appeltextesfr
La section Articles : des essais, articles de fond ou entrevues de 1 250 à 2 000 mots (notes incluses).
La section Comptes rendus : des couvertures d’expositions, d’évènements ou de publications (500 mots, sans notes de bas de page ou 950 mots, une ou deux notes de bas de page maximum). Vous pouvez consulter les protocoles de rédaction ici : https://esse.ca/fr/protocoles-de-redaction
3. À moins d’une entente contraire avec Les éditions Esse, l’auteur·e s’engage à soumettre un texte inédit et original.
4. Chaque texte est soumis au comité de rédaction, qui se réserve le droit de l’accepter ou de le refuser. Les critères de sélection sont basés sur la qualité de l’analyse et de la rédaction, la pertinence du texte dans le numéro en cours (la thématique), de la pertinence du corpus d’œuvres et d’artistes choisis. Un délai de 6 semaines est requis pour la sélection des textes. La décision de refuser un texte est sans appel.
5. À moins d’une entente contraire, le comité ne retient pas les textes étant sources possibles de conflit d’intérêts entre l’auteur et le sujet couvert (par exemple, les textes d’artistes sur leur propre pratique, les écrits par les commissaires d’expositions ou desdits évènements ou par la galerie d’un artiste).
6. Les auteur·e·s dont les textes sont retenus s’engagent à formater le texte selon les normes typographiques de Esse, suivant un document envoyé avec l’entente de publication.
7. Dans le respect de la vision et du style de l’auteur·e, le comité de rédaction se réserve le droit de demander des corrections de nature sémantique ou autre : qualité de la langue, structure générale du texte, clarté, carences, pertinence des titres et des sous-titres, normes de composition.
8. Les textes acceptés sous conditions feront l’objet d’une discussion entre l’auteur·e et le comité de rédaction. Si des modifications sont demandées, l’auteur·e se verra accorder quinze (15) jours pour les réaliser.
9. Tous les frais de correction typographique du texte de l’auteur·e seront à la charge des Éditions Esse sauf les corrections d’auteur, s’il y a lieu, qui seront à la charge de celui-ci.

Reference:
CFP: Esse 105: New New Age / Nouveau nouvelle age. In: ArtHist.net, Sep 17, 2021 (accessed Oct 28, 2021), <https://arthist.net/archive/34802>.

^