CFP: The Cultural Heritage of Europe @ 2018 (Paris, 4-6 Jun 18)

Paris, Institut national d’histoire de l’art (INHA), June 4 - 05, 2018
Eingabeschluss: 10.11.2017

—version française ci-dessous—

Call for Papers
The Cultural Heritage of Europe @ 2018
Re-assessing a Concept – Re-defining its Challenges

International Conference organized by
LabEx "Écrire une Histoire Nouvelle de l'Europe", University Paris-Sorbonne

Concept: Michael Falser, visiting professor, University Paris-Sorbonne (2018)
with Dany Sandron, professor, University Paris-Sorbonne

Today's globalized concept of cultural heritage is often understood as a product of European modernity with its 19th-century emergence of territorially fixed nation-states and collective identity constructions. Within the theoretical overlap of the disciplines of history (of art), archaeology and architecture cultural properties and built monuments were identified and embedded into gradually institutionalized protection systems. In the colonial context up to the mid-20th century this specific conception of cultural heritage was transferred to non-European contexts, internationalized in the following decades after the WWII and taken as universal.

Postcolonial, postmodern and ethnically pluralistic viewpoints did rightly question the supposed prerogative of a European Leitkultur. Only rather recently did critical heritage studies engage with the conflicting implications of progressively globalized standards of cultural heritage being applied in very local, non-European and so-called 'traditional' contexts. However, in order to bridge what academia often tends to essentialize as a 'Western' and 'non-Western' divide of opposing heritage conceptions, a more balanced viewpoint is also needed in order to update the conceptual foundations of what 'cultural heritage of/in Europe' means today.


The European Cultural Heritage Year 2018 – a campaign with unquestioned assumptions?

Right at the peak of an identity crisis of Europe with financial fiascos of whole nation states, military confrontations and refortified state borders at its continental peripheries with inflows of refugees from the Near East and the Global South did the European Council and Parliament representatives reach a provisional agreement to establish a European Year of Cultural Heritage in 2018. With affirmative slogans such as “We Europeans” and “our common European heritage”, the campaign intends to “raise awareness of European history and values, and strengthen a sense of European identity” (Press release of the European Council, 9 February 2017). However, with its unquestioned core assumption of the validity of Europe's territorial status with simply interconnected borderlines of its affiliated member states and of a given collective 'we'-identity within the European Union, this cultural-political campaign risks to miss the unique chance of a critical re-assessment of how a 'European' dimension of cultural heritage can be conceptualized in today's globalized and inter-connected reality.


The “cultural heritage of Europe” @ 2018: towards a global and transcultural approach

The global and transcultural turn in the disciplines of art and architectural history and cultural heritage studies helps to question the supposed fixity of territorial, aesthetic and artistic entity called Europe, more precisely the taxonomies, values and explanatory modes that have been built into the 'European' concept of cultural heritage and that have taken as universal.

By taking into consideration the recent processes of the accelerated exchange and global circulation of people, goods and ideas, the conference aims to reconstitute the old-fashioned units of analysis of what 'European cultural heritage' could be by locating the European and the non-European in a reciprocal relationship in order to evolve a non-hierarchical and broader conceptual framework. With a focus on cultural properties (artefacts), built cultural heritage (from single architectures, ensembles and sites to whole city- and cultural landscapes etc.), and their forms of heritagization (from archives, museums, collections to cultural reserves), case-studies for the conference can address the various forms of the 'cultural' within heritage: its 'social' level (actors, stakeholders, institutions etc.), its 'mental' level (concepts, terms, theories, norms, categories) and, most obviously, its 'physical' level with a view on manipulative strategies (such as transfer and translation, reuse and mimicry, replication and substitution etc.).


Grouped along four panels in two days, cases-studies should question the concept of cultural heritage with its supposedly 'European' connotations and dimensions within artefacts and monuments by destabilizing at least one of its four constitutive core dimensions:

1) Place and Space – from stable sites to multi-sited, transborder contact zones and ambivalent third spaces
2) Substance and Materiality – from the monumental, homogeneous and unique of the artefact and listed monument to the transient, multiple, visual, digital, commemorated etc.
3) Time and Temporality – from objects of permanence and stability to the temporal, ephemeral, fugitive, processual
4) Identity – from the collective and cohesive to the ambivalent, contested, plural and/or partial and fragmentary


The Host and the Network, Dates and Deadlines

The international two-day conference in French and English will take place on 4 and 5 June 2018 at the Institut national d'histoire de l'art (INHA) and is embedded into the Laboratory of Excellence (LabEx) “Writing a New History of Europe – Ècrire une Histoire Nouvelle de l'Europe” at Sorbonne University. One of its seven thematic axes – entitled “National Traditions, Circulation and Identities in European Art” – acts as the principle host of the event: with a special focus on geography, historiography and cultural heritage, it looks at art history in the Labex perspective of finding both elements of explanations and answers to the crisis Europe is currently going through. Is conducted by the Centre André Chastel (the Research Laboratory of Art History under the tutelage of the National Center for Scientific Research/CNRS, Sorbonne University and the Ministry of Culture) as the co-sponsor of the conference. Finally, the conference is situated within the new Observatoire des Patrimoines (OPUS) of the united Sorbonne Universities.

The conference is conceived by Michael Falser, Visiting Professor for Architectural History and Cultural Heritage Studies at Paris-Sorbonne (2018), in association with Dany Sandron, Professor of Art History at Sorbonne University/Centre Chastel and speaker of LabEx, axis 7.

Abstracts with name and affiliation of the speaker, title and 200 words abstract of the presentation are due with the deadline of 10 November. Candidates will be notified on 30 November 2017.

The proposals for papers should be sent to : patrimoine.europe2018gmail.com


Contact for additional information :

Michael Falser,
- Visiting Professor at University Paris-Sorbonne (2018)
- Associated Researcher at the Cluster of Excellence "Asia and Europe in a Global Context", Heidelberg University, Germany
Email : falserasia-europe.uni-heidelberg.de
Homepage : http://www.asia-europe.uni-heidelberg.de/en/people/academic-staff/details/persdetail/falser.html

Elinor Myara Kelif,
Chargée de recherche et de coordination, LabEx EHNE axe 7, Centre André Chastel, CNRS (www.labex-ehne.fr)
Email : elinor.kelifparis-sorbonne.fr

Call for Contributions in English/French for PDF download see homepage LabEx ENHE as indicated above

Appel a communication
Le Patrimoine Culturel de l'Europe @ 2018.
Réexaminer un concept – redéfinir ses enjeux

Colloque international organisé par LabEx "Écrire une Histoire Nouvelle de l'Europe", Université Paris-Sorbonne

Concept: Michael Falser, professeur invité à l'université Paris-Sorbonne (2018) avec Dany Sandron, professeur à l'université Paris-Sorbonne

Le concept de patrimoine culturel actuellement accepté à l'échelle mondiale est souvent compris comme un produit de la modernité européenne et du dix-neuvième siècle, qui virent l'émergence d'États-nations avec leur fixation territoriale et la construction d'identités collectives. À la jonction de disciplines telles que l'histoire (de l'art), l'archéologie et l'architecture, des biens culturels et monuments furent identifiés, puis graduellement intégrés à des systèmes de protection de plus en plus institutionnalisés. Jusqu'au milieu du vingtième siècle, dans le contexte colonial, cette conception spécifique du patrimoine culturel fut exportée vers des contextes non européens, ensuite internationalisée dans la décennie ayant suivi la Seconde Guerre mondiale et, finalement, prise pour universelle. Les points de vue postcoloniaux, postmodernes et pluriethniques ont légitimement remis en cause les prérogatives présupposées d'une culture dominante (Leitkultur) européenne. Ce n'est qu'assez récemment que les études critiques sur le patrimoine se sont attaquées aux implications contradictoires qu'a eues l'application de standards de plus en plus universels définissant ce qu'est le patrimoine culturel à des contextes très locaux, non européens et prétendument "traditionnels". Cependant, un point de vue plus équilibré est nécessaire afin de réduire l'écart entre des conceptions "occidentales" et "non occidentales" que les études universitaires ont souvent tendance à essentialiser, dans le but de réactualiser les fondements conceptuels des notions de "patrimoine culturel" de l'Europe et en Europe.


L'Année Européenne du Patrimoine Culturel 2018 : une campagne fondée sur des présupposés non remis en question?

C'est au pire de la crise d'identité européenne, marquée par le fiasco financier d'États-nations entiers, des affrontements armés et le renforcement des frontières en périphérie du continent devant l'afflux de réfugiés en provenance du Proche-Orient et du Global South, que le Conseil de l'Europe et les représentants du Parlement européen ont conclu un accord provisoire pour faire de 2018 l'Année Européenne du Patrimoine Culturel. Avec ses slogans affirmatifs tels que "Nous, Européens" et "notre patrimoine européen commun", cette campagne se propose de "sensibiliser à l'histoire et aux valeurs européennes et de renforcer un sentiment d'identité européenne" (communiqué de presse du Conseil de l'Europe du 9 février 2017). Cependant, cette campagne culturelle et politique risque de rater une occasion unique de réexaminer de façon critique la façon dont on peut conceptualiser la dimension "européenne" du patrimoine culturel dans notre monde interconnecté, car elle repose sur deux présupposés n'ayant fait l'objet d'aucun examen : la validité du statut territorial de l'Europe en tant qu'elle représente l'addition des frontières interconnectées de ses états membres et l'existence présumée d'une identité exprimée sous la forme d'un "nous" dans l'Union européenne.


Le "patrimoine culturel européen" en 2018 : vers une approche globale et transculturelle

Le tournant vers le "global" et le "transculturel" dans les disciplines de l'histoire de l'art et de l'architecture et dans les études du patrimoine culturel nous aide à remettre en question la supposée fixité territoriale, esthétique et artistique de l'entité appelée "Europe", et plus spécifiquement les taxonomies, valeurs et modes d'explication qui ont été intégrés au cœur du concept de patrimoine culturel "européen" et pris comme universels.
En prenant en compte les récents processus d'accélération des échanges et de la circulation à l'échelle mondiale des biens, personnes et idées, ce colloque entend reconstituer ce que pourrait être l'"européen", ce concept traditionnel de l'analyse, en situant l'européen et le non européen dans une relation réciproque afin de dégager un cadre conceptuel plus ouvert et non hiérarchique. En mettant l'accent sur les biens culturels (artefacts), le patrimoine construit (des architectures individuelles, ensembles et sites aux villes entières et paysages culturels, etc.) et les formes de patrimonialisation dont ils font l'objet (des archives, musées et collections aux "réserves" culturelles), les contributions proposées dans le cadre de ce colloque aborderont les diverses formes que le "culturel" peut prendre dans le patrimoine : aux niveaux "social" (acteurs, parties prenantes, institutions, etc.), "intellectuel" (concepts, vocabulaire, théories, normes, catégories) ou encore, bien évidemment, au niveau "physique", avec ses stratégies manipulatoires (transferts et traductions, réutilisations et imitations, reproductions et substitutions, etc.).


Regroupées autour de quatre panels de deux jours, les contributions devraient remettre en question le concept de patrimoine culturel ainsi que les dimensions et connotations soi-disant "européennes" des artefacts et monuments en déstabilisant au moins l'une des quatre dimensions essentielles de ce concept :

1) Lieu et espace – des sites stables aux zones de contact multisites et transfrontières ou aux third spaces.
2) Substance et matérialité – de ce qu'un artefact ou un monument répertorié à de monumental, d'homogène et d'unique à ce qu'il a d'éphémère, de multiple, de visuel, de numérique et de mémoriel.
3) Temps et temporalité – des objets de permanence et de stabilité au temporaire, à l'éphémère, au fugitif et au processuel.
4) Identité – du collectif et de l'unanime au contesté, pluriel/partiel, fragmentaire et à l'ambivalent.


Réseau institutionnel et cadre scientifique, dates et échéances

Ce colloque international, tenu en français et en anglais, se déroulera du 4 au 5 Juin à l'Institut national d'histoire de l'art (INHA), dans le cadre du programme du laboratoire d'excellence (LabEx) "Écrire une Histoire Nouvelle de l'Europe" (EHNE) de l'université Paris-Sorbonne. L'un de ses sept axes thématiques, "Traditions nationales, circulations et identités dans l'art européen", servira de cadre à la manifestation. Avec l'accent particulier mis sur la géographie, l'historiographie et le patrimoine culturel, le colloque offre l'opportunité aux historiens de l'art, suivant la problématique fondamentale du LabEx, de proposer à la fois des éléments d'explication et des réponses à la crise que traverse actuellement l'Europe. Le Centre André Chastel (laboratoire de recherche en histoire de l'art sous la tutelle du Centre national de la recherche scientifique/CNRS, de l'université de la Sorbonne et du ministère de la Culture) est coresponsable du colloque. Enfin, celle-ci est intégrée à l'Observatoire des patrimoines (OPUS) des universités de la Sorbonne.

Ce colloque a été conçu par Michael Falser, professeur invité à l'université Paris-Sorbonne (2018) enseignant l'histoire de l'architecture contemporaine et les études du patrimoine culturel, en collaboration avec Dany Sandron, professeur d'histoire de l'art à l'université Paris-Sorbonne, responsable de l'axe 7 du LabEx EHNE, Centre André Chastel.

Les propositions, qui doivent impérativement être transmises avant le 10 novembre 2017, devront indiquer le nom de l'intervenant ainsi que son affiliation, et préciser le titre de la contribution et une présentation, longue de deux-cents mots maximum. Les candidats recevront un avis le 30 novembre 2017.

Envoyer vos propositions à l'adresse mail suivante : patrimoine.europe2018gmail.com


Contact Info :

Michael Falser,
professeur invité à l'université Paris-Sorbonne
chercheur associé Cluster of Excellence "Asia and Europe in a Global Context", Heidelberg University, Germany
Email : falserasia-europe.uni-heidelberg.de
Homepage : http://www.asia-europe.uni-heidelberg.de/en/people/academic-staff/details/persdetail/falser.html

Elinor Myara Kelif,
Chargée de recherche et de coordination, LabEx EHNE axe 7, Centre André Chastel, CNRS (www.labex-ehne.fr)
Email : elinor.kelifparis-sorbonne.fr

Quellennachweis:
CFP: The Cultural Heritage of Europe @ 2018 (Paris, 4-6 Jun 18). In: ArtHist.net, 14.10.2017. Letzter Zugriff 25.05.2018. <https://arthist.net/archive/16469>.

Beiträger: Michael Falser, Heidelberg

Beitrag veröffentlicht am: 14.10.2017

Empfohlene Zitation

Zu Facebook hinzufügen