CFP Apr 16, 2024

Esse, no. 113: Plastics

Montréal / International
Deadline: Sep 1, 2024

Sylvette Babin

[French version below]

Esse arts + opinions is a bilingual magazine focused mainly on contemporary art and multidisciplinary practices. Specializing in essays on issues in art today, the magazine publishes critical analyses that address art in relation to its context. Each issue contains a thematic section, portfolios of artworks, articles critiquing the international culture scene, and reviews of exhibitions, events, and publications. The esse.ca platform also offers articles on art in the news and an archive of previous issues of Esse.

PLASTICS
Though plastics were invented in the nineteenth century, they became a major part of life only after the Second World War. The possibilities of this new material exploded into every market and consumers couldn’t get enough. We began conceiving of entire homes built of plastic; in fact, the House of the Futuredesigned by architects Alison and Peter Smithson was presented at the Daily Mail Ideal Home Exhibition in 1956. The speed and voracity with which plastic took hold of our imaginations begs the question, was our goal to merge humanity with this durable yet malleable invention? Today, plastics actually run through our bodies: researchers recently found microplastic particles in human blood. We consume plastics: we buy and use them, but we also eat and drink them. The proliferation of plastics in terrestrial and marine environments is transforming the ecology of the planet and altering the biochemistry of living organisms—we are literally becoming plastic.

The word “plastic” is related to the mutable concept of plasticity, a term whose sense has been transformed over the last decade as it has travelled from feminist science studies and new materialisms to queer and trans studies. Derived from the Greek plassein, meaning both “to give” and “to receive” form, plasticity describes the malleable condition of living systems. Feminist/queer theorists have praised its intrinsic promise: the destabilization of fixed or essential forms across the registers of gender/sex and neurobiology. From gender-affirming plastic surgeries to mutability of gender, plasticity, and even plastics, are affirmatively queer.

Although plastic’s malleability points to a shifting flux of processes and forms, the industrial production of plastics has become a permanent geological marker of the Anthropocene. Geologists are using plastic polymer particles, mass-produced on a greater scale than other materials due to their intrinsic strength and usefulness, to help locate the start of a new geological epoch—the plastic age, or the “plasticocene.” The carbon-bond chains that make plastics so incredibly enduring—one of their main appeals as an invention—have revealed their fatal flaw. We are living with more plastic waste than the planet can sustain, while we continue production at such speed that we simply can’t recycle and reuse it quickly enough. The editorial of our 2008 issue, “Waste,” expressed concerns around this crisis. It explains how the artists and writers of that issue viewed waste as “a meaningful object, with an important cultural and historical background, which has the potential to make us think and the capacity to be transformed into an artwork.” Artists have been working with and thinking about repurposing materials since the first human societies. Although their efforts are inspiring and, at times, lead to new forays in artistic creation, it is hard to not feel defeatist. Consumers bear the brunt of responsibility, while corporations evade governmental oversight and regulation.

The possibilities of plastics are infinite. Perhaps this is why they were proclaimed the material of the future when the Smithsons built their consumer spectacle of a house. But that house was a simulation, and it reminds us that the word “plastic” also quickly became synonymous with the superficial and the fake. For many, plastic represents the unattainable ideal: eternal beauty, living forever, a smooth and shiny “bimbo” existence. Contemporary artist Cindy Sherman’s latest foray into the world of Instagram face filters in her selfie series is but one example of this preoccupation. It goes without saying that the possibilities that plastic surgery has afforded people is incredible. Safe access to sex-affirming surgeries is critical, and body modifications should be easily accessible. Examples of body artists such as Orlan and the musician and performance artist Genesis P-Orridge and their partner Lady Jaye Breyer P-Orridge come to mind here.

For this issue, Esse arts + opinions invites authors to consider the expansive subject of plastics and submit texts that consider it as a material, a philosophy, or even an approach to life and art practice. How are artists rethinking their practices around plastics? How have they intervened in a plasticized world? Can we find enchantment in waste? What can plastics teach us, or what have we learned from them so far? Are we so entwined with plastic that we can’t envision life without it? Or could our very plasticity help us imagine a way through the contemporary crisis?

Send your text in US letter format (1,500 and 2,000 words, doc, docx, or rtf) to redactionesse.ca. Please include a short biography (45 words), an abstract of the text, and postal and email addresses.

Applicants who wish to first submit a statement of intent (250-500 words) are invited to do so at least 3 months before the submissions deadline. We also welcome submissions (reviews, essays, analyses of contemporary art issues) not related to a particular theme.

Editorial Policy

1. With the exception of the express consent of Les éditions Esse, the writer agrees to submit a previously unpublished, original text.

2. All articles are reviewed by the Editorial Board, which reserves the right to accept or refuse a submitted article. Selection criteria are based on the quality of the analyze and writing, the relevance of the text in the issue (with regard to the theme), and the relevance of the chosen artworks and artists. Selection of articles may take up to 6 weeks after submission by the writer. The Board’s decision is final. A refused text will not be re-evaluated.

3. With the exception of the express consent of the Board, the Board does not consider articles that may represent a potential conflict of interest between the writer and the content of the article (i.e., a text written by the curator of an exhibition).

4. The writers whose pieces are selected commit to format their text according to the typographic standards of Esse, following the guidelines sent to them with the publishing contract.

5. With the respect to the vision and style of the writer, the Board reserves the right to ask for corrections and modifications to be made to ensure overall clarity and coherence of an article.

6. Conditionally accepted articles will be up for discussion between the writer and the Board. If changes are requested by the Board, the writer will have 15 (fifteen) days to carry these out.

7. All costs of typographical correction of the author’s text shall be borne by Les éditions Esse except the author’s corrections, if applicable, which shall be borne by the author.

---

[French version]

Esse arts + opinions s’intéresse principalement à l’art contemporain et aux pratiques multidisciplinaires. La revue privilégie les analyses critiques et les essais sur les pratiques récentes à travers des textes qui abordent l’art en relation avec le contexte dans lequel il s’inscrit. Chaque numéro propose un dossier thématique, un portfolio d’œuvres, une section d’articles critiques traitant de la scène culturelle internationale, une section de comptes rendus d’expositions, d’évènements et de publications. La plateforme esse.ca propose également des articles sur l’actualité artistique, de même que des archives d’anciens numéros de Esse.

PLASTIQUES
Le plastique, dont l’invention remonte au 19e siècle, fait uniquement partie intégrante de notre vie depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale. À cette époque, les possibilités qu’offre ce nouveau matériau explosent dans tous les marchés et les consommateurs et consommatrices en demandent toujours plus. On imagine même des maisons entières faites de plastique : en 1956, les architectes Alison et Peter Smithson présentent « la maison de l’avenir » à la Daily Mail Ideal Home Exhibition, à Londres. Compte tenu de la rapidité et de la voracité avec lesquelles le plastique s’empare des imaginaires, on peut se demander si notre but n’était pas de fusionner l’humanité avec cette invention à la fois durable et malléable. Aujourd’hui, nos corps sont chargés de plastique : des chercheurs et chercheuses ont récemment découvert des particules de microplastique dans le sang humain. Nous consommons le plastique. Nous en achetons et en utilisons, mais nous en buvons et en mangeons également. La prolifération du plastique dans les environnements terrestres et marins modifie l’écologie de la planète et altère la biochimie des organismes vivants – nous nous transformons littéralement en plastique.

Le mot « plastique » est lié au concept élastique de la plasticité, terme dont le sens a varié au cours de la dernière décennie, selon qu’il est employé dans le domaine de la philosophie féministe des sciences, des nouveaux matérialismes ou des études queers et trans. Dérivée du grec plassein, qui signifie à la fois « donner » et « recevoir » une forme, la plasticité caractérise la malléabilité des systèmes vivants. Les théoricien·nes féministes et queers vantent sa promesse intrinsèque : la déstabilisation des formes figées ou essentielles dans les registres du genre, du sexe et de la neurobiologie. De la chirurgie plastique d’affirmation de genre à la mutabilité du genre, la plasticité, voire le plastique, est indéniablement queer.

Même si la malléabilité du plastique indique une variation des processus et des formes, la production industrielle de ce matériau est devenue un marqueur géologique permanent de l’anthropocène. Le plastique étant produit à une échelle plus grande que tout autre matériau en raison de sa résistance intrinsèque et de son utilité, les géologues se basent sur les particules de polymère pour localiser le début d’une nouvelle époque géologique – celle du plastique ou « plasticocène ». Les chaines carbonées qui composent le plastique le rendent extrêmement durable – un de ses principaux attraits, mais aussi un grave défaut. En effet, nous vivons avec plus de déchets de plastique que ce que la planète peut supporter, et nous continuons de produire ce matériau à une vitesse telle que nous n’avons pas le temps de le recycler et de le réutiliser. En 2008, dans l’éditorial du numéro 64 (Déchets), la rédactrice en chef parle de l’inquiétude face à cette crise. Elle explique que les artistes et les auteurs et autrices de ce numéro perçoivent le déchet comme « un objet riche (ou lourd) de sens, possédant un important bagage culturel et historique, le potentiel de susciter la réflexion et le pouvoir d’être transformé en œuvre d’art ». Les artistes travaillent avec des matériaux recyclés et réfléchissent au recyclage depuis les premières sociétés humaines. Même si leurs efforts sont inspirants et mènent parfois à de nouvelles percées dans la création artistique, il est difficile de ne pas s’abandonner au défaitisme. Pendant que les entreprises échappent à la surveillance gouvernementale et contournent les règlements, ce sont les consommateurs et les consommatrices qui portent le poids de la responsabilité.

Les possibilités qu’offre le plastique sont infinies. C’est peut-être pour cela qu’il a été proclamé matériau du futur lorsque les Smithson ont présenté leur maison-spectacle. Or, cette maison était une simulation. Elle nous rappelle que le mot « plastique » est rapidement devenu synonyme de superficiel et artificiel. Pour beaucoup de gens, le plastique représente un idéal inatteignable : la beauté éternelle, l’immortalité, l’existence douce et brillante d’une bimbo. Cette préoccupation se reflète notamment dans la série d’autoportraits de l’artiste contemporaine Cindy Sherman, série issue d’une expérimentation récente des filtres Instagram. Par ailleurs, il va sans dire que la chirurgie plastique offre des possibilités incroyables. Un accès sûr à la chirurgie d’affirmation de genre est crucial, mais les modifications corporelles devraient aussi être accessibles. Pensons par exemple à l’artiste « charnelle » Orlan ou à la musicienne et artiste de la performance Genesis P-Orridge et sa partenaire, Lady Jaye Breyer P-Orridge.

Pour le numéro 113, Esse arts + opinions invite les auteurs et autrices à considérer le sujet étendu du plastique et à soumettre des textes qui l’envisagent en tant que matériau, vision du monde, philosophie de vie ou pratique artistique. De quelle façon les artistes repensent-ils et elles leurs pratiques autour du plastique ? Comment interviennent-ils et elles dans un monde plastifié ? Y a-t-il du charme dans les déchets ? Que peut nous enseigner le plastique ? Qu’avons-nous appris de lui jusqu’à présent ? Sommes-nous lié·es à lui au point de ne plus pouvoir nous imaginer la vie sans lui ? Notre propre plasticité peut-elle nous aider à nous sortir de la crise actuelle ?

Politique éditoriale

1. À moins d’une entente contraire avec Les éditions Esse, l’auteur·e s’engage à soumettre un texte inédit et original.

2. Chaque texte est soumis au comité de rédaction, qui se réserve le droit de l’accepter ou de le refuser. Les critères de sélection sont basés sur la qualité de l’analyse et de la rédaction, la pertinence du texte dans le numéro en cours (la thématique), de la pertinence du corpus d’œuvres et d’artistes choisi·es. Un délai de 6 semaines est requis pour la sélection des textes. La décision de refuser un texte est sans appel.

3. À moins d’une entente contraire, le comité ne retient pas les textes étant sources possibles de conflit d’intérêts entre l’auteur·e et le sujet couvert (par exemple, les textes d’artistes sur leur propre pratique, les écrits par les commissaires d’expositions ou desdits évènements ou par la galerie d’un·e artiste).

4. Les auteur·es dont les textes sont retenus s’engagent à formater le texte selon les normes typographiques de Esse, suivant un document envoyé avec l’entente de publication.

5. Dans le respect de la vision et du style de l’auteur·e, le comité de rédaction se réserve le droit de demander des corrections de nature sémantique ou autre : qualité de la langue, structure générale du texte, clarté, carences, pertinence des titres et des sous-titres, normes de composition.

6. Les textes acceptés sous conditions feront l’objet d’une discussion entre l’auteur·e et le comité de rédaction. Si des modifications sont demandées, l’auteur·e se verra accorder quinze (15) jours pour les réaliser.

7. Tous les frais de correction typographique du texte de l’auteur·e seront à la charge des Éditions Esse sauf les corrections d’auteur·e, s’il y a lieu, qui seront à sa charge.

Reference:
CFP: Esse, no. 113: Plastics. In: ArtHist.net, Apr 16, 2024 (accessed May 19, 2024), <https://arthist.net/archive/41669>.

^