CFP: Affects, Flows, Fluids (Strasbourg, 3-4 Apr 19)

Université de Strasbourg, Strasbourg, 03. - 04.04.2019
Eingabeschluss: 14.10.2018

–––– version francaise en bas ––––

Affects, Flows, Fluids.
Representations, Histories and Politics of emotions in arts

International Symposium
Organisation : Université de Strasbourg (EA 3402) / Université Lille 3 (CEAC)

Long considered to be subjective and anecdotal, and, for these reasons unworthy of being historicized or recognized as scientific objects, emotions raise a growing interest since the affective turn of the 1990’s (Stearns 1998; Reddy 1997; Massumi 2002; Sedgwick 2003; Clough 2007; Corbin, Coutine, Vigarello 2016). Today, it is with a wide variety of scientific and methodological approaches that affective phenomena are being studied, from anthropology to sociology and philosophy, from history to neuroscience. In France, within the fields of art theory and history, it still remains to initiate a transdisciplinary and intermedial discussion around issues related to emotions, feelings, and affects. In order to work on such a fluctuating and elusive object as the affective process, we will refuse all restrictive definition, approaching «emotions», «affects», «moods», «humours» or «feelings» as moving and active realities. Articulating emotion and perception, memory and history, body and subjectivization, representations and politics, temporalities and spatialities, this international symposium calls for proposals coming from all kinds of discipline with a view to examine the multiple questions related to emotional expressions in art, whether it be visual arts, music, dance, performance, film, digital arts, or literature.

We are interested in a broad range of papers that might fall under the following approaches, without time boundaries:


AXE 1 : MATERIALITIES OF EMOTIONS IN ART

The lexical field of emotions covers words that are linked to moods and humors, which allows to touch very concrete aspects like fluids, shapes and sharpness of feelings. We are seeking transdisciplinary proposals about materiality of emotions: questioning the tangible and sensible aspects of works of art on the one hand, and on the other hand asking how images and narratives are given shape by emotion. How can we study circulations of fluxes and affective intensities, in medias like performance, video, digital arts? How do we build our relationships to emotions through artistic mediums, and in what ways do contemporary art practices renew our affects?

This thematic area focuses on what emotions make and produce. Building from a Butlerian conception of body materiality and matter, as a “resistance to fixing the subject” (Butler, 1993), we can think of physical translations of affects: pleasures, marks, wounds. Considering that artistic and cultural practices contribute to circulate organisms, proposals paying attention to physiological expressions – secretions, sexualities, diseases –will be of special interest. To grasp performativity and agentivity of emotion and feeling in art, we will also ask with Sara Ahmed (Ahmed, 2004), how they shape bodies and objects, and affect their realness.


AXE 2 : POLITICS OF EMOTIONS

At the very root of the artistic process, at the core of the structure and « dispositif » of the work of art, affective phenomena might be examined as a relational process, in terms of individual and collective sensibilities. One might also address various aspects of the production and reception of the works of art, their sharing and collective work within artistic groups and movements. Furthermore, in order to grasp the political issues at stake in individual feelings, we seek proposals studying the effects of power relationships on emotions, through the lens of gender, race, class, and sexualities social relationships. Drawing on affect theories in feminist, queer, and postcolonial studies (Ahmed, 2004; Appadurai, 2007; Cvetkovich 2003), one might give attention to dissenting mode of affectivity in artistic practices, such as tactics of resistance or strategies of diversion of alienating feelings. As we might consider that identities are not only shaped by ideologies and discourses, we will explore the virtues of emotional surging and irruptions. Thus, the unpredictability and instability of emotions could be envisioned as elements of disruption of social norms. Such approaches enable to study the coexistence of affective groups within a dominant emotional regime as well as the fields of struggle which map their dissemination.


AXE 3 : MEMORY OF EMOTIONS

From their concrete techniques of archive and conservation, to the narrations and historiographies of their writing in history of arts, this symposium aims to study history of emotions in artistic practices. The idea that affectivity is subject to historical shifts is relatively new (Febvre, 1941). History of emotions has been growing since the 1980’s, when cognitive exclusivity of reason was challenged as well as the natural character of feelings. It is enriched by anthropology, cognitive sciences, psychology. Emphasizing a Warburgian non-linear and heterogeneous temporality, we aim to ask how cultural gestures and images can act as surviving, and transmitting, mediums. Moreover, taking inspiration from “archives of feeling” (Cvetkovich, 2003) or “erotohistoriography” (Freeman, 2010) we wish to inventory and trace genealogies of affective modes in art and culture.

How can we study emotions in art from an historical point of view and working with archives? How can we archive and historicize the immediate, the elusive, the precarious? Are oral history and archives specifically relevant to access feelings? One might finally address issues regarding precarious memories – resurgences, anachronisms, lapses, failure, trauma – and how they can be used as tools to analyze and write art histories.


Proposals for a conference paper should include an abstract (no more than 500 words) specifying the title of the paper, and a short biography of the author.
Proposals can be sent until October 14th, to colloqueaffectsgmail.com

Organisation:
Clélia Barbut - Chercheuse associée à l'EA 1279, Histoire et critique des arts, Université Rennes 2 et au Cerlis, UMR 8070, Université Sorbonne Nouvelle
Janig Bégoc - MCF en Histoire et théories des arts visuels, Université de Strasbourg
Anaïs Bernard - ATER en Arts visuels, Université de Strasbourg. Chercheuse associée à l'EA 3402 Approches contemporaines de la création et de la réflexion artistiques, Université de Strasbourg
Anne Creissels - MCF en Arts plastiques et artiste, Université de Lille 3
Johanna Renard – ATER en Arts visuels, Université de Strasbourg. Chercheuse associée à l'EA 3402 Approches contemporaines de la création et de la réflexion artistiques, Université de Strasbourg, et à l’EA 1279, Histoire et critique des arts, Université Rennes 2

Scientific comitee:
Aude Astier (Université de Strasbourg)
Janig Bégoc (Université de Strasbourg)
Sandra Boehringer (Université de Strasbourg)
Rachele Borghi (Sorbonne Université)
Sylvain Diaz (Université de Strasbourg)
Martial Guédron (Université de Strasbourg)
Amelia Jones (University of Southern California)
Claire Lahuerta (Université de Lorraine)
Georges Vigarello (EHESS)
Florian Vörös (Lille 3)
Anne Zeitz (Université Rennes 2)

————

APPEL A COMMUNICATIONS

Affects, flux, fluides.
Représentations, histoires et politiques des émotions en arts

Colloque international - 3 et 4 avril 2019 - Université de Strasbourg
Organisation : Université de Strasbourg (EA 3402) / Université Lille 3 (CEAC)

Longtemps considérées comme subjectives et anecdotiques et, à ce titre, indignes d’être historicisées ou de constituer des objets scientifiques, les émotions suscitent un intérêt croissant depuis le tournant affectif survenu dans les années 1990 (Stearns 1998 ; Reddy 1997 ; Massumi 2002; Sedgwick 2003 ; Clough 2007 ; Corbin, Courtine, Vigarello 2016). C’est avec une grande diversité d’approches scientifiques et méthodologiques que les phénomènes affectifs sont étudiés aujourd’hui, de l’anthropologie à la sociologie et à la philosophie, de l’histoire aux neurosciences. En France, dans le champ de l’histoire et de la théorie des arts, il reste encore à ouvrir un chantier de réflexion transdisciplinaire et intermédiale autour des problématiques liées aux émotions, aux sentiments et aux affects. Refusant toute définition restrictive pour travailler un objet aussi fluctuant et insaisissable que le phénomène affectif, il s’agira d’aborder les « émotions » les « affects », les « humeurs » ou encore les « sentiments » comme des réalités mouvantes et agissantes. En articulant émotion et perception, mémoire et histoire, corps et subjectivation, représentations et politique, temporalités et spatialités, ce colloque international appelle des contributions de toutes disciplines pour interroger les multiples enjeux liés aux manifestations émotionnelles en art, entre arts visuels et sonores, danse, performance, cinéma, arts numériques et littérature.

À titre indicatif et sans restriction chronologique, les propositions de communication pourraient explorer des problématiques associées aux axes de réflexion suivants :


AXE 1 : MATÉRIALITÉS DES ÉMOTIONS EN ARTS

La terminologie des émotions recouvre un spectre sémantique lié aux humeurs qui permet de toucher à des aspects très concrets, ceux des fluides, des formes, des aspérités de l’affectivité. Dans cette perspective, nous sollicitons des contributions transdisciplinaires portant sur les enjeux liés à la matérialité des manifestations émotionnelles. Il s’agira d’une part d’interroger la dimension tangible et sensorielle des œuvres d’art et d’autre part, de se demander comment les images et les narrations esthétiques sont (in)formées par les émotions. Comment étudier les ensembles de flux, de circulations et d’intensités affectives dans des médias tels que la performance ou les arts vidéo et numériques ? Comment se (dé)construisent les relations aux émotions dans les différents médias artistiques ? Les pratiques artistiques contemporaines renouvellent-elles nos rapports à l’affect ?

Cet axe souhaite avant tout s’intéresser à ce que font et à ce que produisent les manifestations émotionnelles. En s’appuyant sur une conception de la matérialité (“matter”) du corps comme « résistance à fixer le sujet » (Butler, 1993), on pourra se pencher sur les traductions physiques des modalités affectives : marques, plaisirs, blessures. En considérant que les pratiques artistiques et culturelles contribuent à produire et à faire circuler les phénomènes organiques, les manifestations physiologiques en histoire des arts - sécrétions, fluides, sexualités, maladies - feront ici l’objet d’une attention particulière. Pour appréhender la performativité et l’agentivité de l’émotion, du sentiment et de l’affect dans les pratiques artistiques, on pourra aussi se demander, en référence à la phénoménologie des émotions de Sara Ahmed (Ahmed 2004), comment celles-ci façonnent les corps et les objets, comment elles agissent sur le réel.


AXE 2 : POLITIQUES DES ÉMOTIONS

À la racine même du processus artistique, au cœur de la structure et du dispositif de l’œuvre, les phénomènes affectifs pourront être étudiés sous l’angle de la sensibilité individuelle et collective, en tant que processus relationnel. On pourra s’intéresser aux différents aspects liés à la production et à la réception des œuvres, à leurs mises en partage et leur travail collectif au sein des groupes et des mouvements artistiques. Par ailleurs, nous invitons des contributions étudiant les effets des rapports sociaux de genre, de race, de classe, de sexualités sur les émotions pour appréhender les enjeux politiques à l’œuvre dans les ressentis individuels. En s’appuyant sur les théories des affects dans les études féministes, queer et postcoloniales (Ahmed, 2004 ; Appadurai, 2007; Cvetkovich 2003), on peut ainsi prêter attention à des modes d’affectivité dissidents dans les pratiques artistiques comme tactiques de résistance ou de détournement de sentiments aliénants. Il s’agira d’envisager les vertus des irruptions et des surgissements émotionnels, c’est-à-dire de suggérer que les identités ne sont pas uniquement structurées par l’idéologie ou les discours. L’imprévisibilité et l’instabilité des manifestations émotionnelles peuvent ainsi être envisagées comme des éléments de perturbation des normes sociales. De telles approches permettent d’étudier la coexistence de groupes affectifs au sein d’un régime émotionnel dominant et les champs de lutte qui cartographient leur dissémination.


AXE 3 : MÉMOIRES DES ÉMOTIONS

Comment historiciser et archiver des phénomènes émotifs fuyants, instantanés, variables ? L’idée même que l’affectivité puisse être soumise au changement historique est relativement récente (Febvre, 1941). À partir des années 1980, au moment où l’exclusivité cognitive de la raison est remise en cause, tout autant que le caractère naturel et universel des états affectifs, l’histoire des émotions se développe, nourrie par l’anthropologie, les sciences cognitives et la psychologie. Depuis leurs modalités concrètes d’archivage et de conservation, jusqu’aux modalités narratives et historiographiques de leur inscription dans l’histoire de l’art, l’un des objectifs majeurs de ce colloque sera de contribuer à l’étude de l’histoire des émotions dans les pratiques artistiques. Dans la lignée d’Aby Warburg, en envisageant une temporalité historique non linéaire et hétérogène, il s’agit de se demander comment les gestes et les images artistiques et culturelles peuvent se faire vecteurs de transmissions et de survivances et comment les normes sociales interagissent avec ces codes. En outre, en s’inspirant par exemple de la notion d’« archive de sentiments » (Cvetkovichh, 2003) il s’agira d’inventorier et de retracer la généalogie des modalités affectives dans les productions artistiques et culturelles. Comment étudier les émotions dans les arts du point de vue de l’histoire et à partir des archives ? Quelle est la pertinence des archives et de l’histoire orales pour accéder aux sentiments ? Enfin, nous accueillerons également les contributions abordant les enjeux de l’anachronisme de la mémoire, de la résurgence, du “trou”, ou du traumatisme dans l’analyse et l’écriture des phénomènes affectifs en art.
Modalités de soumission

Les propositions de communications, de 500 mots maximum et accompagnées d’une courte biobibliographie, sont à envoyer avant le 14 octobre 2018, à colloqueaffectsgmail.com


Comité d’organisation:
Clélia Barbut - Chercheuse associée au Cerlis, UMR 8070, Université Sorbonne Nouvelle, et à l'EA 1279, Histoire et critique des arts, Université Rennes 2.
Janig Bégoc - MCF en Histoire et théories des arts visuels, Université de Strasbourg
Anaïs Bernard - ATER en Arts visuels, Université de Strasbourg. Chercheuse associée à l'EA 3402 Approches contemporaines de la création et de la réflexion artistiques, Université de Strasbourg.
Anne Creissels - MCF en Arts plastiques et artiste, Université de Lille 3.
Johanna Renard – ATER en Arts visuels, Université de Strasbourg. Chercheuse associée à l'EA 3402 Approches contemporaines de la création et de la réflexion artistiques, Université de Strasbourg, et à l’EA 1279, Histoire et critique des arts, Université Rennes 2.

Comité scientifique:
Aude Astier (Université de Strasbourg)
Janig Bégoc (Université de Strasbourg)
Sandra Boehringer (Université de Strasbourg)
Rachele Borghi (Sorbonne Université)
Sylvain Diaz (Université de Strasbourg)
Martial Guédron (Université de Strasbourg)
Amelia Jones (University of Southern California)
Claire Lahuerta (Université de Lorraine)
Georges Vigarello (EHESS)
Florian Vörös (Lille 3)
Anne Zeitz (Université Rennes 2)

Quellennachweis:
CFP: Affects, Flows, Fluids (Strasbourg, 3-4 Apr 19). In: ArtHist.net, 13.09.2018. Letzter Zugriff 19.09.2018. <https://arthist.net/archive/18846>.

Beiträger: Clélia Barbut, Université Rennes 2 / Sorbonne Nouvelle

Beitrag veröffentlicht am: 13.09.2018

Empfohlene Zitation

Zu Facebook hinzufügen